Prière, liturgie, spiritualité

Partager sur les réseaux sociaux
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

eglise

Contributeur : Paroisses | Ensemble paroissial de Vers-Pont-du-Gard

Lettre de Saint Paul aux Romains

Jusqu’en Septembre, nous allons lire en 2ème lecture, la lettre de saint Paul aux Romains.

Cette lettre est la plus longue des lettres de Paul. Elle a joué un rôle important dans l’histoire de l’Eglise. Elle est l’un des textes sur lesquels catholiques et protestants ont concentré le plus de difficultés à se comprendre. Source de tensions à une époque, elle est aujourd’hui, un texte fondamental pour l’oecuménisme.

Cette lettre a été rédigée dans les années 60. Paul écrit à une communauté qu’il n’a pas fondée et qu’il ne connait pas personnellement. Il semblerait qu’elle soit composée de juifs, mais aussi de pagano-chrétiens. Paul s’adresse constamment aux destinataires comme à des croyants d’origine païenne et pourtant, il fait un tel usage de l’Ancien Testament et pousse si loin sa réflexion sur la destinée du peuple juif,qu’il est difficile de penser que ses destinataires ne soient pas des familiers des Ecritures juives.

Le véritable sujet de la lettre est énoncé au premier chapitre, versets 16 et 17: « En effet, je n’ai pas honte de l’Evangile, car il est puissance de Dieu pour le salut de quiconque est devenu croyant, le juif d’abord et le païen. Dans cet Evangile se révèle la justice donnée par Dieu, celle qui vient de la foi et conduit à la foi, comme il est écrit: Celui qui est juste par la foi, vivra. » Toute l’épître cherche à expliquer cette affirmation.

Elle comporte trois parties d’importance inégale: une partie dite doctrinale (1, 18 à 11, 36), une partie morale (12, 1 à 15, 13) et une partie conclusive (15, 14 à 16, 23). La première partie développe le thème qui lui est le plus cher: que l’on peut résumer ainsi  » c’est la foi qui sauve ». La deuxième partie en tire les conséquences qui en découlent dans la vie des croyants. Elle est une exhortation à une vie filiale et fraternelle dans le Christ. L’épître pourrait prendre fin avec la bénédiction de 15, 33. Et le chapitre 16 aurait pu être rajouté lors de sa transmission à une autre Eglise.

Cette lettre est très riche est mérite d’être lue et méditée.

Prier pendant la semaine Laudato Si

18 au 24 Mai 2020

LETTRE DU PAPE FRANÇOIS
A TOUS LES FIDELES POUR LE MOIS DE MAI 2020

Chers frères et sœurs,

Le mois de mai est désormais tout proche, mois où le peuple de Dieu exprime avec une particulière intensité son amour et sa dévotion pour la Vierge Marie. Il est de tradition, en ce mois, de prier le Rosaire à la maison, en famille. Une dimension, la dimension domestique, que les restrictions de la pandémie nous ont “contraints” à valoriser, également du point de vue spirituel.

J’ai donc pensé proposer à tous de redécouvrir la beauté de prier le Rosaire à la maison pendant le mois de mai. On peut le faire ensemble ou personnellement ; c’est à vous de choisir selon les situations, en évaluant les deux possibilités. Mais, de toute manière, il y a un secret pour le faire : la simplicité ; et il est facile de trouver, aussi sur internet, de bons modèles de prières à suivre.

De plus, je vous offre les textes de deux prières à la Vierge que vous pourrez réciter à la fin du Rosaire, et que je réciterai moi-même pendant le mois de mai, uni à vous spirituellement. Je les joins à cette lettre de sorte qu’elles soient mises à la disposition de tous.

Chers frères et sœurs, contempler ensemble le visage du Christ avec le cœur de Marie, notre Mère, nous rendra encore plus unis comme famille spirituelle et nous aidera à surmonter cette épreuve. Je prierai pour vous, spécialement pour ceux qui souffrent le plus, et vous, s’il vous plait, priez pour moi. Je vous remercie et vous bénis de tout cœur.

Rome, Saint Jean de Latran, 25 avril 2020
Fête de Saint Marc Evangéliste

François


Prière à Marie

O Marie,
tu resplendis toujours sur notre chemin
comme signe de salut et d’espérance.
Nous nous confions à toi, Santé des malades,
qui, auprès de la croix, as été associée à la douleur de Jésus,
en maintenant ta foi ferme.

Toi, Salut du peuple romain,
tu sais de quoi nous avons besoin
et nous sommes certains que tu veilleras
afin que, comme à Cana de Galilée,
puissent revenir la joie et la fête
après ce moment d’épreuve.

Aide-nous, Mère du Divin Amour,
à nous conformer à la volonté du Père
et à faire ce que nous dira Jésus,
qui a pris sur lui nos souffrances
et s’est chargé de nos douleurs
pour nous conduire, à travers la croix,
à la joie de la résurrection. Amen.

Sous Ta protection nous cherchons refuge, Sainte Mère de Dieu.
N’ignore pas nos supplications, nous qui sommes dans l’épreuve,
et libère-nous de tout danger, O Vierge glorieuse et bénie.


Prière à Marie

« Sous ta protection nous nous réfugions, Sainte Mère de Dieu ».

Dans la présente situation dramatique, chargée de souffrances et d’angoisses qui frappent le monde entier, nous recourons à Toi, Mère de Dieu et notre Mère, et nous cherchons refuge sous ta protection.

O Vierge Marie, tourne vers nous tes yeux miséricordieux dans cette pandémie du coronavirus, et réconforte ceux qui sont perdus et qui pleurent leurs proches qui sont morts, enterrés parfois d’une manière qui blesse l’âme. Soutiens ceux qui sont angoissés pour les personnes malades auprès desquelles, pour empêcher la contagion, ils ne peuvent être proches. Suscite la confiance en celui qui est inquiet pour l’avenir incertain et pour les conséquences sur l’économie et sur le travail.

Mère de Dieu et notre Mère, implore pour nous de Dieu, Père de miséricorde, que cette dure épreuve finisse et que revienne un horizon d’espérance et de paix. Comme à Cana, interviens auprès de ton Divin Fils, en lui demandant de réconforter les familles des malades et des victimes, et d’ouvrir leur cœur à la confiance.

Protège les médecins, les infirmiers et les infirmières, le personnel sanitaire, les volontaires qui, en cette période d’urgence, sont en première ligne et risquent leur vie pour sauver d’autres vies. Accompagne leur fatigue héroïque et donne-leur force, bonté et santé.

Sois aux côtés de ceux qui, nuit et jour, assistent les malades ainsi que des prêtres qui, avec sollicitude pastorale et engagement évangélique, cherchent à aider et à soutenir chacun.

Vierge Sainte, éclaire l’esprit des hommes et des femmes de science, pour qu’ils trouvent de justes solutions pour vaincre ce virus.

Assiste les Responsables des Nations, pour qu’ils œuvrent avec sagesse, sollicitude et générosité, en secourant ceux qui manquent du nécessaire pour vivre, en programmant des solutions sociales et économiques avec clairvoyance et avec esprit de solidarité.

Marie très Sainte, touche les consciences pour que les sommes considérables utilisées pour accroître et perfectionner les armements soient au contraire destinées à promouvoir des études adéquates pour prévenir de semblables catastrophes dans l’avenir.

Mère très aimée, fais grandir dans le monde le sens d’appartenance à une seule grande famille, dans la conscience du lien qui nous unit tous, pour que nous venions en aide aux nombreuses pauvretés et situations de misère avec un esprit fraternel et solidaire. Encourage la fermeté dans la foi, la persévérance dans le service, la constance dans la prière.

O Marie, Consolatrice des affligés, embrasse tous tes enfants dans la tribulation et obtiens que Dieu intervienne de sa main toute puissante pour nous libérer de cette terrible épidémie, afin que la vie puisse reprendre dans la sérénité son cours normal.

Nous nous confions à Toi, toi qui resplendis sur notre chemin comme signe de salut et d’espérance, o clémente, o miséricordieuse, o douce Vierge Marie. Amen.

Notre Dame du Gardon – 2019

Prière inspirée de l’Acte de vénération du pape François, décembre 2013

Tu es la toute belle, ô Marie !

En toi se trouve la joie parfaite

de la vie bienheureuse avec Dieu.

Fais que nous ne perdions pas le sens

de notre chemin sur la terre :

Que la douce lumière de la foi éclaire nos journées,

que la force consolante de l’espérance oriente nos pas,

que la chaleur contagieuse de l’amour anime notre cœur,

que nos yeux à tous restent bien fixés là, en Dieu,

où se trouve la vraie joie.

Tu es la toute belle, ô Marie !

Ecoute notre prière, exauce notre supplication :

que la beauté de l’amour miséricordieux de Dieu

en Jésus soit en nous.

Merci de poser sur chacun de nous un regard de bonté et de miséricorde tout particulièrement sur

  • ceux qui souffrent dans leur corps ou dans leur cœur
  • ceux qui sont éprouvés par les difficultés de la vie
  • ceux qui subissent des conflits
  • ceux qui cherchent un sens à leur vie

Nous te confions tout particulièrement les enfants et les jeunes, nos villages de Vers, Castillon et tous les villages de l’Ensemble paroissial. Notre Dame du Gardon, accompagne l’Eglise dans son pèlerinage sur la terre et tout spécialement nos frères chrétiens du Burkina qui vivent des heures difficiles.

Fais de nous des serviteurs de la paix pour la gloire de Dieu et le salut du monde. Amen

La lettre aux Hébreux

La lettre aux Hébreux ne porte aucun nom d’auteur. Elle n’indique pas non plus à qui elle s’adresse. L’auteur est de culture grecque, mais il connait très bien les textes de l’Ancien Testament. Il écrit à des chrétiens qui sont sans doute d’origine juive. Ces chrétiens sont découragés. Certains ont même envie d’abandonner leur foi. Par sa lettre, l’auteur cherche à les encourager et à approfondir l’enseignement reçu.

L’épître est pleine de citations de l’Ancien Testament ou de réminiscences de la Torah. Elle est une explication de l’Evangile et surtout du sens de la venue de Jésus-Christ, par les textes anciens.

La lecture de cette lettre est difficile à cause de la culture hébraïque sous-entendue et la connaissance de l’Ancien Testament qu’elle exige. Son style est également difficile avec un développement typique par enroulements. L’auteur semble passer d’une idée à une autre à partir d’un mot qu’il fait surgir dans une explication et qui l’entraîne dans une autre. Cependant, la lettre, qui est plutôt un traité théologique, est cohérente, voire lumineuse dès qu’on entre dans sa profondeur.

L’auteur explique Jésus en lui attribuant des rôles nouveaux: le Christ est à la fois le grand-prêtre et la victime du sacrifice. La lettre propose un développement de l’enseignement que Jésus avait laissé à la Samaritaine. La femme de Samarie avait demandé à Jésus où prier et adorer Dieu. La lettre aux Hébreux annonce la fin du rite et notamment celui qui consistait en sacrifices dans le Temple, pour être remplacé par un culte et une adoration exclusivement spirituelle. Le Christ a offert sa vie une fois pour toutes et pour toujours.

Les chrétiens marchent donc maintenant dans un chemin nouveau. Ils ne doivent pas retourner en arrière. La foi des ancêtres est donnée en exemple aux croyants. Cet exemple les encourage à traverser les difficultés et les épreuves actuelles. La fin de la lettre explique comment les chrétiens peuvent vivre avec Dieu, avec les autres, et former une vraie communauté.

Le livre de Qohéleth ou l’Ecclésiaste

Le mot Qohéleth vient de l’hébreu et veut dire « l’homme de l’assemblée », en grec, il est traduit par « L’Ecclésiaste » qui veut dire « l’homme de l’Eglise, ekklésia ». Il désigne une personne qui a une fonction dans l’assemblée ou le conseil du peuple.

Le livre de Qohéleth contient les paroles d’un sage. Le livre le présente comme un roi d’Israël, fils de David; il désigne, ainsi le roi Salomon considéré comme le plus grand sage d’Israël.

Tout le livre est bâti autour de l’affirmation « Tout part en fumée, rien ne mène à rien, rien ne sert à rien ».

  • L’introduction est un poème qui affirme que rien de nouveau n’arrive jamais sur la terre ! (1, 3-12)
  • Puis, dans un premier temps, le Sage décrit l’enquête qu’il a réalisée. Il dit tout ce qui se passe sous le soleil, la joie, la sagesse, le travail ne mènent à rien: « autant courir après le vent! » (1, 12 à 6, 9)
  • Dans un second passage, il donne ses conclusions: les humains ne peuvent pas découvrir comment Dieu agit sur la terre, et ils ne peuvent pas savoir ce qu’il adviendra après eux. (6-10 à 11, 6)
  • Le Sage conseille alors de profiter de la jeunesse et de la vie sous le regard de Dieu. En effet, la vieillesse et la mort sont le lot de chacun, comme le rappelle le second poème. (11,7 à 12, 8)
  • Le livre se termine par une conclusion (12,9-14): « Voici la conclusion de tout ce qui a été dit: respecte Dieu et obéis à ses commandements. Oui, voilà ce que tous les êtres humains doivent faire. En effet, Dieu jugera tout ce que nous avons fait, même nos actions cachées, bonnes ou mauvaises. »

Il est signifiant qu’un message d’un tel réalisme ait été retenu par la tradition biblique, sans doute est-ce parce que le livre de Qohéleth rappelle ceci: la vraie foi en Dieu n’a pas peur de regarder en face la condition humaine. Elle reconnait que l’intelligence ne peut pas tout comprendre, ni tout expliquer.

La lettre aux Colossiens

Colosses est une ville située au sud de la Turquie actuelle. Paul n’y a sans doute jamais résidé. Il n’aurait jamais rendu visite à la communauté chrétienne de cette ville. C’est un certain Epafras qui l’aurait fondée et qui en donne des nouvelles à Paul.C’est pour lui répondre que l’Apôtre, ne pouvant se déplacer car il est en prison, écrit cette épître.

Dans sa lettre, Paul rappelle les exigences de l’Evangile et surtout dénonce certains dangers dont lui a parlé Epafras. Des idées étranges circulent à Colosses: culte des anges, observation d’un calendrier liturgique juif, prescriptions alimentaires… Paul dénonce ces règles avec véhémence et rappelle que le Christ est plus fort que celles-ci. L’action du Christ les a abolies et les rend caduques.

La lettre est écrite en quatre chapitres:

1- La première partie débute par une salutation, suivie d’une prière au sujet des Colossiens, puis d’un chant qui célèbre le Christ comme le Seigneur du monde et de l’Eglise. Elle se termine par un rappel de la lutte de Paul au service de l’Eglise.

2- Dans la seconde partie, Paul dit aux chrétiens de Colosses de faire attention. Ils ne doivent pas écouter ceux qui enseignent des idées fausses, mais rester dans la foi qu’ils ont reçue.

3- Puis il donne des conseils pour mener une vie nouvelle dans le Christ en communauté, en famille et dans la société.

4- La lettre se termine par des salutations.

Le message reste toujours très actuel. C’est le Christ qui libère les êtres humains de toutes les forces ennemies. C’est lui qui libère de tout ce qui divise et sépare.

Prière pour les vocations

Marie, mère du “oui”,
Apprends-nous à goûter la brise légère
de l’Esprit qui travaille en nous.
Aide-nous à retrouver le chemin de l’intériorité pour mûrir
nos engagements et nos choix
avec un intense désir de sainteté.

Marie, mère de Jésus,
tu as écouté le timbre de sa voix
et le battement de son cœur.
Mets dans notre vie tes sentiments, ta docilité,
ton silence qui écoute
et transforme la Parole
en choix de véritable liberté.

Marie, mère de l’Église,
intercède auprès du Père.
Qu’il dépose dans le cœur des jeunes
La semence de son appel
et la joie de répondre.
Qu’il éclaire et fortifie
ceux qui sont appelés à se donner
pleinement sur le chemin du mariage,
du sacerdoce et de la vie consacrée.. Amen

Prière pour l’Europe.

Cardinal Martini (1927-2012).

Père de l’humanité, Seigneur de l’histoire,

Regarde ce continent auquel tu as envoyé
des philosophes, des législateurs et des sages,
précurseurs de la foi en ton Fils mort et ressuscité.
Regarde ces peuples évangélisés
par Pierre et Paul, par les prophètes, les moines et les saints.
Regarde ces régions baignées par le sang des martyrs
et touchées par la voix des réformateurs.
Regarde les peuples unis par de multiples liens
et divisés par la haine et la guerre.

Donne-nous de nous engager pour une Europe de l’Esprit,
fondée non seulement sur les accords économiques
mais aussi sur les valeurs humaines et éternelles :
une Europe capable de réconciliations
ethniques et œcuméniques, prompte à accueillir l’étranger,
respectueuse de toute dignité.

Donne-nous de regarder avec confiance notre devoir
de susciter et promouvoir une entente entre les peuples
qui assure pour tous les continents la justice et le pain, la liberté et la paix

Prière pour les peuples d’Europe.

Dieu, Créateur et Père de tous les hommes,
vous appelez à Vous tous les peuples de la terre,
éclairez-les afin que dans le désarroi de notre temps,
ils reconnaissent ce qui peut leur apporter la paix.

Aidez-les à se pardonner mutuellement le mal qu’ils se sont fait
et à collaborer dans le respect des droits de chacun,
à l’œuvre de la paix, en conformité avec votre volonté.
Bannissez de leur cœur tout sentiment de haine et de
rancune et préservez-les des tentations d’orgueil et d’égoïsme national.
Suscitez en eux un désir sincère d’entente et d’union.
 Que les peuples de l’Europe, auxquels Vous avez accordé en une si large mesure les bienfaits de l’Évangile, reconnaissent leur devoir et s’engagent résolument dans la voie de l’union,
en vue d’une coopération toujours plus fraternelle.
Bénissez les efforts de ceux qui se consacrent à cette grande tâche.
Qu’ainsi votre Nom soit glorifié et que soit préparé l’avènement de votre Règne.
Par Jésus-Christ Notre Seigneur.

STLS

              

           

             

Le 24 février 2019

A propos du Notre Père…

« Ce n’est pas Dieu qui induit en tentation… »

La nouvelle traduction du Notre Père est entrée en vigueur le 3 décembre en France : la sixième demande du Notre Père n’est plus désormais « Ne nous soumets pas à la tentation » mais « Ne nous laisse pas entrer en tentation ».

La version récitée jusqu’à présent, précise un communiqué de Mgr Olivier Ribadeau Dumas, porte-parole de la Conférence des évêques de France, était en vigueur depuis 1966. Cette formulation « n’était pas fausse mais pouvait porter à confusion… pouvant laisser croire que Dieu tentait volontairement l’Homme ». C’est pourquoi les exégètes « pour qui la traduction de ce verset s’avère très complexe, ont estimé qu’il était désormais plus juste de changer le verbe ‘soumettre’ par ‘entrer’ manifestant ainsi l’idée du terme grec d’un mouvement, comme on va au combat, puisque c’est bien d’un combat spirituel dont il est question ».

Années A, B ou C: pourquoi ?

Le rapport entre Bible et liturgie.

Depuis Vatican II, nous sommes donc invités à lire chaque année un des trois Évangiles synoptiques. Pour l’année A, c’est l’Évangile selon saint Matthieu, l’année B, saint Marc et l’année C, saint Luc. L’Évangile selon saint Jean est lu plus spécialement lors des fêtes, durant toutes les années liturgiques. Il présente en effet des caractères distincts, qui en font un évangile à part. Le cycle des années A, B et C se répètent tous les 3 ans. Ainsi : 2016- 2017 : année A ; 2017 -2018 : année B ; 2018-2019 : année C ; 2019-2020 : année A ; 2020- 2021 : année B etc…

L’année liturgique ne commence pas avec l’année civile mais avec le premier Dimanche de l’Avent. Après le premier temps fort (Avent-Noël) viennent une première série de Dimanches du Temps ordinaire. Vient alors le deuxième Temps fort (Carême-Pâques-Pentecôte), et enfin la suite des Dimanches du Temps ordinaire. Pour chaque dimanche de l’année, trois lectures sont prévues : la première est tirée de l’Ancien Testament ; la seconde est un passage d’une lettre apostolique (principalement de saint Paul); la troisième est l’Evangile du dimanche et c’est ce dernier qui donne la tonalité à la liturgie du jour.

Spiritualité