jeudi 21 novembre 2019

Présentation de Marie

Fragilités et vulnérabilités

“Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ? ”. “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.” Mt 25 44-45


Accueillir et intégrer les fragilités

Le Pape François attire notre attention sur les formes de pauvreté et de fragilité dans le monde actuel : « les sans-abris, les toxico dépendants, les réfugiés, les populations indigènes, les personnes âgées toujours plus seules et abandonnées, les migrants, les femmes qui souffrent des situations de maltraitance et de violence… les enfants à naître qui sont les plus sans défense et innocents de tous, auxquels on veut nier aujourd’hui la dignité humaine… ».

Il demande aussi aux communautés paroissiales d’accompagner et d’intégrer, avec discernement, la fragilité des situations matrimoniales irrégulières au regard de l’Eglise, pour ouvrir à tous et à toutes (à conditions qu’ils le désirent profondément) un chemin de conversion vers la joie de l’évangile.

« Qu’as-tu fait de ton frère ? »

Cette question cruciale posée à la conscience de chacun et chacune est au cœur, dans le diocèse de Nîmes, de la mission du pôle solidarité, de la pastorale de la santé et de celle des personnes handicapées, du service diocésain de la pastorale familiale, auprès desquels on peut demander un conseil, une aide, un secours. 

A la suite du Christ venu soulager les souffrances et la misère des hommes, l'Eglise prolonge son ministère de compassion et de guérison. Par la prière, l’action et les sacrements, elle est présente partout où l’homme est bafoué, rejeté, oublié ; partout où la personne humaine souffre jusqu’à vivre un enfermement.

Jésus ne guérit pas que les corps mais aussi les psychismes

« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau,
et moi, je vous procurerai le repos » Mt 11,28

C’est dans les nombreuses manifestations de la Miséricorde de Dieu à travers les paroles, les gestes et les rencontres de Jésus que s’enracinent (chacun pour leur part et fonction des situations personnelles de ceux qui y ont recours) les sacrements de guérison que sont celui du pardon (confession) et de l’onction des malades.

Il en est de même pour le ministère de prêtre exorciste délégué par l’évêque ; qui est d’abord un ministère d’écoute, de discernement et de libération, avec les personnes en grande souffrance qui se pensent victimes de maléfices ou sous l’emprise du démon.

● Pour recevoir un sacrement de guérison, contactez le curé de votre paroisse.
● Pour prendre rendez-vous avec un prêtre diocésain exorciste, contacter l’évêché.

Aimés, pardonnés

Aimés, guéris

Aimés, libérés