mardi 15 octobre 2019

Sainte Thérèse d'Avila

Soutenir la mission de l'Eglise


La dimension chrétienne du don

Le verbe « Donner » sans cesse associé au mot « Denier » a une résonance bien particulière pour les chrétiens dont la foi repose sur Jésus ressuscité qui a donné sa vie « pour la multitude »  et pour qui « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux que l’on aime »  (Jn 15, 13)

L’appel à l'entraide matérielle s’inscrit dans les multiples sollicitations au partage et à la justice qui parcourent les évangiles.
• Sollicitation au partage,
à l'image des premières communautés chrétiennes dans lesquelles : « Tous les croyants vivaient ensemble, et ils avaient tout en commun ; ils vendaient leurs biens et leurs possessions, et ils en partageaient le produit entre tous en fonction des besoins de chacun. » (AC, 2, 44-45)
• Sollicitation à la justice,
à l'appel de Jésus comparant les disciples aux « ouvriers envoyés à la moisson » (Lc 10, 2)et rappelle que « l’ouvrier mérite son salaire » (Mt 10, 10). Et à propos de laquelle St Paul écrit : « Si nous avons semé pour vous les biens spirituels, serait-il excessif de récolter des biens matériels ? »  (1 Co 9,10-14)

L'offrande : acte de foi

A la différence d'un don à une ONG ou une grande cause, aussi noble soit-elle, le don à l'Eglise est d'une autre nature : c'est un acte de foi. C'est pourquoi chaque don, du plus modeste au plus important, a la même importance.
Ce qu’illustre parfaitement le passage de l’obole de la veuve (Mc 12, 41-44).  Jésus, assis dans le Temple devant la salle du trésor, regarde comment la foule y met de l’argent et pendant que "beaucoup de riches y mettaient de grosses sommes", s'émerveille devant l’obole de la veuve parce qu’elle  a donné « tout ce qu’elle possédait », ne s’agissant pas pour elle de faire fonctionner l’institution (le Temple) mais de rendre à Dieu ce qu’elle avait reçu de Lui.

L'offrande : don de soi

Le « Béni soit Dieu, maintenant et toujours » que nous prononçons à la messe, après la quête, en réponse aux paroles de présentation du pain et du vin par le prêtre, juste avant qu’il ne célèbre l’Eucharistie, sont de la même veine :
Ils illustrent parfaitement comment don matériel et merci sont intrinsèquement unis dans la foi. Comment chaque don (quêtes - offrandes de messe - Denier de l'Eglise - casuel au moment d'un mariage ou de funérailles - chantiers diocésains - legs) avec la spécificité qui est la sienne participe lui aussi à la dîme de gratitude rendue à Dieu par Abraham et Jacob dans le livre de la Genèse. 

•Pour soutenir la mission de l'Eglise catholique dans le Gard, cliquez ici
•Pour consulter les finances du diocèse de Nîmes, cliquer ici

 

Différent & complémentaires, nos dons

Le Denier, pour la Mission

léguer pour une église vivante