12 juillet 2020

Saint Olivier

Léguer pour une Eglise vivante

  • Accueil
  • Léguer pour une Eglise Vivante

Le legs est l’occasion de confirmer et de poursuivre l’œuvre d’une vie en permettant que d’autres, après le testateur, bénéficient de l’Évangile et sa promesse qui donne sens à toute une vie.

Le legs manifeste l’Espérance de la vie éternelle. Il est une marque de confiance en l’Église, laissée par le testateur, un signe de foi dans le travail des chrétiens qui annoncent le Salut au monde.

« Léguer à l’Église, c’est transmettre l’Espérance »

Pourquoi faire un legs ?

Pour nous chrétiens, faire vivre l’église, c’est au fil des ans donner avec le denier et, à la fin de sa vie, donner avec le legs.

Donner, à la fin de sa vie, c’est exercer sa liberté et sa maîtrise sur ses biens matériels, en s’offrant la possibilité de réserver une part au plus faible (association caritative), ou aux valeurs spirituelles et missionnaires (l’Église). C’est aussi une dernière façon de continuer à faire du bien, comme nous l’avons fait tout au long de notre vie.

Pourquoi léguer à l’Église ?

Le choix est vaste pour aider les plus démunis à travers des associations caritatives. Le legs à l’Église est cependant d’une autre nature :

  • Il permet à l’Église de fonctionner, tout simplement.
  • Il est un témoignage de notre attachement, de notre appartenance à cette Église, et de notre souci de la soutenir. C’est une garantie pour l’avenir de notre Église et pour les générations qui nous suivent.
  • Il est, pour ceux qui nous entourent, une affirmation de notre foi, de nos convictions profondes, de nos choix et de nos priorités.

A noter : le legs à l’Église est exonéré de tout droit de succession.

Léguer en toute confiance

L’Eglise est financée grâce à la générosité privée. Constitués en associations cultuelles, les diocèses sont habilités à recevoir des legs et des donations.

La présente charte a pour objectif de présenter le cadre déontologique dans lequel l’Eglise accueille et accompagne les personnes désireuses de lui transmettre des biens.

Il est important de rappeler que les diocèses de France sont représentés au plan civil par des associations diocésaines présidées par l’évêque du lieu, et dont les comptes sont certifiés par un commissaire aux comptes.