Marchons à notre tour sur ce chemin de la sainteté

Partager sur les réseaux sociaux
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

eglise

Contributeur : Paroisses | Ensemble paroissial d’Alès Notre Dame

En cette fête de Toussaint entendons l’appel que Dieu nous adresse : «  Soyez saints, car moi le Seigneur votre Dieu je suis saint ». Cette invitation à la sainteté résonne en chacun de nous comme une exhortation à vivre et à grandir dans l’Amour miséricordieux du Seigneur. La sainteté ne consiste pas à accomplir des choses extraordinaires. Elle consiste à ouvrir nos cœurs à la tendresse de Dieu et à laisser son Amour faire sa demeure en nous. « Heureux les pauvres de cœur, le Royaume des cieux est à eux ! » proclame Jésus dans l’évangile des Béatitudes. Heureux sommes-nous si notre cœur s’ouvre totalement à l’Amour de Dieu. N’est-ce pas cela la pauvreté de cœur à laquelle Jésus invite ses disciples dans les Béatitudes ? Marcher sur les traces des saints consiste à accueillir l’Amour de Dieu et à en vivre au quotidien. Marcher sur les traces des saints c’est témoigner par toute notre vie de ce Dieu tendre et miséricordieux, rempli d’amour pour l’homme.

Marcher sur le chemin de la sainteté c’est vivre uni au Christ dans une relation de confiance et d’amour. Cette union avec le Christ elle se nourrit par la prière, l’eucharistie et le sacrement de réconciliation. Jésus a utilisé la parabole de la vigne pour le faire comprendre à ses disciples. « Je suis la vraie vigne et mon Père est le vigneron… demeurez en moi comme je demeure en vous ! De même que le sarment, s’il ne demeure sur la vigne, ne peut de lui-même porter du fruit, ainsi vous non plus si vous ne demeurez en moi ». Comment, en effet demeurer unis au Christ si nous ne prenons pas le temps de prier le Père et d’écouter sa Parole ? Comment demeurer en Christ sans une participation régulière à l’eucharistie, cœur et centre de toute vie chrétienne ? Et comment rester en communion avec le Christ sans, de manière régulière, recevoir le pardon de Dieu dans le sacrement de réconciliation ?

Bien souvent nous négligeons la prière, nous ne prenons pas le temps de faire silence pour nous mettre en présence de Dieu et écouter, méditer sa Parole. Bien souvent la célébration eucharistique n’est pas au cœur de notre vie de baptisés. Sans parler du sacrement du pardon largement délaissé. Comment alors demeurer greffés sur le Christ Ressuscité ? Comment devenir les témoins du Christ et de l’Evangile sans venir boire à cette source d’eau vive qu’est l’eucharistie ? Comment témoigner autour de nous de la miséricorde de Dieu sans vivre l’expérience du pardon que Dieu nous offre dans le sacrement de la réconciliation ?

Le dimanche 20 octobre l’évangile se terminait par cette interrogation de Jésus en guise de mise en garde : « le Fils de l’homme quand il viendra trouvera-t-il la foi sur la terre ? » Si beaucoup de nos contemporains se sont éloignés de la foi chrétienne et de l’église, si une grande majorité vivent comme si Dieu n’existait pas, nous chrétiens comme l’église n’avons-nous pas, une grande part de responsabilité ? En nous regardant vivre les hommes d’aujourd’hui voient-ils en nous des croyants, des disciples du Ressuscité ? Voient-ils en nous des priants, des hommes et des femmes de prière, habités par l’amour de Dieu et la présence du Christ ? L’Eglise passe trop de temps dans le changement des structures qui n’en finissent pas. L’église c’est l’Eglise du Christ, elle doit refléter au cœur de ce monde la présence aimante de Dieu, refléter le visage du Christ Ressuscité. Une église qui prie, une église qui célèbre, une église qui renvoie au Christ.

Cette fête de Toussaint est pour nous un temps privilégié pour revenir à la source de notre foi, le Christ Ressuscité. Un temps privilégié pour retrouver le chemin de la prière et de l’eucharistie, le chemin du sacrement de pardon. C’est ce qu’ont fait les saints et les saintes de Dieu tout au long de l’histoire de l’humanité. Marchons à notre tour sur ce chemin de la sainteté et comme l’apôtre Paul puissions-nous dire : «  Pour moi, vivre c’est le Christ ».

Bonne fête de tous les Saints.

P. Gérard CHASSANG