Covid : l’Hospitalité « Over the Blues » !

Partager sur les réseaux sociaux
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

solidarite

Contributeur : Service diocésain de la communication | Covid : l’Hospitalité « Over the Blues » !

Dans le cadre de la pandémie et de l’élan de solidarité qui se manifeste vis à vis du personnel soignant, en première ligne pour lutter contre le covid-19, un vaste réseau de couturières s’est tissé dans notre pays pour porter secours aux établissements hospitaliers, par la confection et la livraison de sur blouses lavables.

Cette initiative a démarré en Ile-de-France fin mars. En raison de l’afflux de patients touchés par le virus, les établissements manquaient cruellement de vêtements de protection, d’où l’idée de se procurer des draps inutilisés et de les transformer en sur blouses. Baptisée sous le nom de  « Over the Blues », cette opération s’est déclinée en un mois dans plus de 200 villes de France et prend chaque jour de l’ampleur.

Voyant que Nîmes ne figurait pas parmi les 200 villes répertoriées, une antenne locale s’est montée dans la deuxième quinzaine d’avril, sur la ville et sa grande périphérie, afin d’apporter une aide concrète aux quatre principaux établissements hospitaliers nîmois. Il est vrai que le département du Gard a été relativement épargné par la propagation du virus, mais les spécialistes redoutent une deuxième vague, d’où le vif intérêt porté à notre proposition.

Si l’antenne de Nîmes n’est pas exclusivement constituée d’hospitaliers, elle y est somme toute massivement représentée. En dehors du doyenné de Nîmes, 6 ensembles paroissiaux ont été mis à contribution. Cette antenne regroupe quelque 70 bénévoles, parmi lesquels 31 couturières qui ne se ménagent pas… tout autant que leurs machines à coudre soumises à un rythme effréné. A telle enseigne qu’en 15 jours de temps, 230 sur blouses ont déjà pu être livrées. L’arrivée de ces sur blouses lavables et recyclables est une aubaine pour le personnel soignant de nos hôpitaux. Et nous allons donc poursuivre encore quelque temps notre effort. Pendant ces deux mois de confinement, les soignants ont été copieusement applaudis tous les soirs à 20H00. Ils le méritaient bien. Mais ils sont en réalité encore plus sensibles aux véritables actions de solidarité.    

Pour l’Hospitalité, cette initiative a vraiment du sens. En apportant notre aide auprès des soignants, les personnes alitées dans les hôpitaux en sont elles-mêmes indirectement bénéficiaires. Alors, à défaut de ne pouvoir cette année accompagner des malades à Lourdes, notre Hospitalité diocésaine aura trouvé un moyen de se mobiliser collectivement en cette période bien trouble que nous traversons.  

Alain CHARBONNIER
Président de l’Hospitalité saint Jean-Paul II