« Clefs pour comprendre l’iconographie de saint Joseph »

Partager sur les réseaux sociaux
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

spiritualite

Contributeur : Services | Service diocésain de la Formation

D’où vient le motif du bâton fleuri si présent dans l’iconographie de saint Joseph ? Il est tiré de plusieurs écrits apocryphes, non retenus par l’Eglise, mais qui ont cependant influencés les représentations : tableaux, statuaire… Ainsi dans l’évangile de la nativité de marie (VIème-VIIème siècle ?) au ch. VII, le choix de joseph comme époux de Marie fait suite à une ordalie. Dieu devant révélé ce choix par un signe « que tous ceux de la maison et de la famille de David qui seraient nubiles et non mariés, vinssent apporter chacun une baguette sur l’autel, car l’on devait recommander et donner la Vierge en mariage à celui dont la baguette, après avoir été apportée, produirait une fleur, et au sommet de laquelle l’esprit du Seigneur se reposerait sous la forme d’une colombe. ».  Ce motif que l’on retrouve dans plusieurs apocryphes, est lui-même inspiré d’un récit biblique relatif au choix d’Aaron comme Grand Prêtre : « On ramassa donc douze verges, selon le nombre des tribus; celle d’Aaron faisait la treizième. On écrivit sur chacune d’elles le nom du prince de la tribu qui l’avait offerte; on les mit dans la tente de l’assemblée, où le Seigneur avait accoutumé de se manifester à Moïse; et le lendemain on retira ces verges, et on remarqua que pendant cette nuit la verge d’Aaron avait poussé des boutons fleuris, et que ces fleurs s’étaient transformées en amandes. » (Nb 17,12-22)

Jusqu’au Concile de Trente, au XVIe siècle, circulaient dans la Chrétienté des Evangiles apocryphes, c’est-à-dire non-officiels, en plus de ceux de Matthieu, Luc, Marc et Jean. Les artistes du Moyen Age y ont puisé beaucoup de détails reproduits dans la pierre. Dans celui qui est appelé le « Protoévangile de Jacques » (car il relate des évènements antérieurs à ceux des quatre évangiles) et qui date du IIe siècle, on découvre un rite lié à des baguettes et à l’intervention divine.

Voici ce texte, où il est question de trouver un époux à Marie : « Le prêtre revêtit l’habit aux douze clochettes, pénétra dans le Saint des Saints et se mit en prière. Et voici qu’un ange du Seigneur apparut, disant : « Zacharie, Zacharie, sors et convoque les veufs du peuple. Qu’ils apportent chacun une baguette. Et celui à qui le Seigneur montrera un signe en fera sa femme. » (…) Joseph jeta sa hache et lui aussi alla se joindre à la troupe. Ils se rendirent ensemble chez le prêtre avec leurs baguettes. Le prêtre prit ces baguettes, pénétra dans le temple et pria. Sa prière achevée, il reprit les baguettes, sortit et les leur rendit. Aucune ne portait de signe. Or Joseph reçut la sienne le dernier. Et voici qu’une colombe s’envola de sa baguette et vint se percher sur sa tête. Alors le prêtre : « Joseph, Joseph, dit-il, tu es l’élu : c’est toi qui prendras en garde la vierge du Seigneur. »