Bioéthique : la PMA au centre des débats

Partager sur les réseaux sociaux
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

rencontre

Contributeur : Service diocésain de la communication | Bioéthique : la PMA au centre des débats

Après le débat de société qui s’est achevé avant l’été, le débat politique s’est ouvert à l’Assemblée nationale avec le début d’auditions menées par la commission spéciale chargée de la révision des lois de bioéthique.

Débats houleux avec les collectifs opposés au projet
Pour sa première série d’auditions mardi 27 août, la commission s’est entretenue avec les collectifs pour la PMA (associations LGTB) puis avec ceux qui y sont opposés (Manif pour tous, Marchons Enfants).

Journée de mobilisation contre la PMA sans père et la GPA
Dimanche 6 octobre 2019 à Paris. 
Avec d’autres associations réunies sous le nom « Marchons Enfants », les AFC y donnent rendez-vous : « Les Associations Familiales Catholiques s’insurgent contre l’ensemble de ces évolutions qui laissent entrevoir un monde où le vivant et l’humain deviennent des enjeux technologiques et marchands. Nous sommes convaincus que l’altérité sexuelle est une chance, qu’un enfant aura toujours besoin d’un père, qu’un enfant n’est pas un droit mais un don. Nous avons le devoir de témoigner de ces convictions. »

Apaisement mais vigilance des cultes
Ont été ensuite reçus l’après-midi du jeudi 29 août, les représentants des cultes catholique, protestant et juif qui ont fait part devant l’Assemblée nationale de leur « vigilance » sur ce texte (Mgr Pierre d’Ornellas, responsable bioéthique à la CEF ; M. François Clavairoly, président de la FPF ; M. Haïm Korsia, grand rabbin de France.)

Ce même jeudi, la bioéthique était également au centre de discussions informelles entre Emmanuel Macron et Mgr Éric de Moulins Beaufort, nouveau président de la CEF, qui a « pu dire au président les points clés de la position de l’Église catholique » sur ce projet de loi qui prévoit notamment l’extension de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes, selon la déclaration à l’AFP le secrétaire général de la CEF, Thierry Magnin, qui participait à l’entrevue.

Aller plus loin