Agnellane a dit oui à cet appel

Partager sur les réseaux sociaux
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

celebration

Contributeur : Service diocésain de la communication | Agnellane a dit oui à cet appel

Accroché à la Montagne des Monts Voirons en haute Savoie, s’élève un monastère habité par la présence de Dieu. Des moniales de la famille monastique de Bethléem, de l’Assomption de la Vierge et de Saint Bruno vivent en communauté. Contemplatives et hors du monde, leur choix est d’offrir leur vie de louange et d’adoration à Dieu pour intercéder pour ce monde en mutation. Souriantes et débordantes de tendresse, elles font lieu d’accueil une grande partie de l’année. Leurs journées sont rythmées par des temps de prières et des temps de travail, poterie, tisanerie, peinture d’icônes, accueil du public…

En ce samedi 20 juin 2020, jour du Cœur Immaculé de Marie, Sœur Agnellane a prononcé ses premiers vœux entourée de sa famille et de ses amis. Epouse du Seigneur, rayonnante et décidée dans son choix, à 30 ans, elle renonce à la vie du monde pour porter spirituellement la souffrance des autres.

Une fête inoubliable où le ciel s’abaisse aidant l’assemblé à s’élever spirituellement. « Dieu a visité son peuple ». Pour les repas, un beau travail d’équipe s’est réalisé entre la famille et les petites sœurs en tenant compte des gestes barrières pour que personne ne soit contaminé par le virus. L’engagement d’une moniale peut paraitre étrange et incompris.
Pourquoi s’enfermer dans un monastère et être contemplative alors que le monde a tant besoin de personne de bonne volonté ?
Une vie de silence, de solitude, de communion fraternelle, de prière continuelle et de combat intérieur rendent les moniales présentes aux souffrances de chacun. Elles sont pétries d’une humanité exceptionnelle.

Grâce à Dieu, Sœur Agnellane est heureuse et lumineuse.

Laurence GUNTZ sa maman
Dans « De Sources en Clapas »
Journal de l’ensemble paroissial du Causse Noir. Septembre 2020 N° 51