L’Oeuvre Notre Dame du Suffrage : une mission pour « hier, maintenant et toujours… »

Partager sur les réseaux sociaux
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

celebration

Dimanche 8 septembre, en la Fête de la nativité de la Vierge Marie, s’est déroulé comme depuis très longtemps en cette période le pèlerinage annuel de l’oeuvre Notre Dame du Suffrage au Sanctuaire Notre Dame de Grâces à Rochefort du Gard. Une journée placée sous le manteau protecteur de Marie qui « prie pour nous pauvres pêcheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. »

> voir les photos du pèlerinage

Dès l’origine…

L’association Notre-Dame du Suffrage a reçu mission dans l’Église de prier pour les âmes du Purgatoire. Créée il y a 150 ans par l’Abbé Firmin SERRE, Aumônier de l’Hôtel- Dieu de Nîmes, l’Oeuvre du Suffrage a toujours été approuvée par les Souverains Pontifes. Ses statuts ont été révisés et promulgués par Mgr Robert WATTEBLED en 2007 en la fête du saint curé d’Ars, lui qui avait encouragé l’abbé Serres à créer l’oeuvre du Suffrage.

« Dès l’origine, l’oeuvre du suffrage a été créée dans un but multiple.
• D’abord prier pour tous les défunts. Pas seulement ceux que l’on appelle « nos » défunts, mais ceux qu’en langage de l’époque on désignait comme « les âmes abandonnées du Purgatoire ».
• L’autre but, qui est lié au premier, c’est d’assurer un certain nombre d’offrandes de messes aux prêtres du diocèse et d’ailleurs.

… et dans la situation actuelle

Il faut désormais ajouter à cela la volonté de faire découvrir ce que le Concile Vatican II a dit à propos des défunts, ou de la vocation à la sainteté. Ainsi nous pourrions développer, dans la ligne que Benoît XVI a exposé dans son Encyclique sur l’Espérance. On pourrait développer aussi tous ce qu’a dit le pape François, dans ses textes sur la Miséricorde, j’allais dire réaliser que mieux accueillir la miséricorde du Seigneur ne peut se vivre d’une manière individualiste, mais en comptant sur l’intercession et la solidarité de tous et la prière de tous les saints et aussi, à titre tout à fait particulier de la Vierge Marie.
Je crois que dans l’intuition du fondateur de l’oeuvre du Suffrage, il y avait également exprimée de manière simple, cette idée que nous sommes tous beaucoup plus solidaires que nous ne le pensons, comme le dit la prière eucharistique n°3, « Appelés à vivre ensemble pour l’éternité, dans le Christ, avec Lui et par Lui, à la gloire du Père », par la sanctification et la purification apportées en nous par l’Esprit Saint.
C’est ce mystère que nous sommes appelés à présenter, mais sans le séparer du mystère du Christ. Peut-être que, à certaines époques, on a eu tendance à parler de l’Enfer, du Purgatoire, du Ciel, indépendamment, et j’exagère peut-être, du mystère du Christ ressuscité dont nous devenons les membres.

(Extraits de l’interview réalisée par le
service diocésain de la communication le 8 septembre)

Noter par ailleurs, que le samedi 2 novembre prochain, Fête des morts, la messe des défunts sera célébrée par Mgr Robert Wattebled, à 10 heures à la chapelle restaurée Notre-Dame du Suffrage du cimetière Saint Baudile, à Nîmes. Elle sera suivie d’une bénédiction des tombes.