L’héritage et la mémoire au centre de la Journée mondiale des Communications sociales

Partager sur les réseaux sociaux
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

celebration

« Afin que tu puisses raconter à ton fils et au fils de ton fils » (Livre de l’Exode 10,2). En choisissant ce thème, tiré d’un passage du Livre de l’Exode, pour la 54ème Journée mondiale célébrée dimanche 24 mai 2020, le Pape François souligne à quel point l’héritage de la mémoire est particulièrement précieux dans la communication.
Le Pape l’a souvent souligné: il n’y a pas d’avenir sans un enracinement dans l’histoire vécue. La mémoire ne doit ainsi pas être considérée comme un «corps statique», mais plutôt comme une «réalité dynamique». À travers la mémoire, les histoires, les espoirs, les rêves et les expériences se transmettent d’une génération à l’autre.

Le thème de la prochaine Journée mondiale de la communication nous rappelle également que chaque histoire vient de la vie, de la rencontre avec l’autre. La communication est donc appelée à relier la mémoire à la vie à travers l’Histoire.

Jésus a eu recours à des paraboles pour communiquer la force vitale du Royaume de Dieu, laissant aux auditeurs la liberté d’accepter ces histoires et de les renvoyer à eux-mêmes. La force d’une histoire s’exprime dans sa capacité à générer du changement. Une histoire exemplaire a une force de transformation. Nous le vivons lorsque nous confrontons, à travers l’Histoire, à la vie des saints. Un point que le Saint-Père a récemment abordé en s’adressant au Dicastère pour la communication du Saint-Siège, lorsqu’il a exhorté à communiquer la «grande richesse» offerte par le témoignage de la vie des martyrs.

Encore une fois, au centre de sa réflexion, le Souverain Pontife place la personne humaine, avec ses relations et sa capacité innée à communiquer. Le Pape demande à tous, sans exception, de faire fructifier ce talent: faire de la communication un outil de construction de ponts, de fédération et de partage de la beauté d’être frères, dans une époque marquée par les contrastes et les divisions.