Les défis de la pastorale des jeunes face à la Covid

Partager sur les réseaux sociaux
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

jeunesse

Contributeur : Service diocésain de la communication | Les défis de la pastorale des jeunes face à la Covid

Ce 25 mars marquait le 2ème anniversaire de la publication de Christus Vivit. Cette belle lettre du pape François adressée aux jeunes, à leurs animateurs et accompagnateurs et à toute l’Église. Il serait honnête de reconnaître que les événements que nous vivons depuis plus d’un an, n’ont pas permis une réception sereine et une mise en œuvre adéquate de cette feuille de route pour la pastorale des jeunes. Comment célébrer et témoigner du Christ vivant et vivifiant dans un contexte anxiogène où la vie et la santé sont menacées ? Cela est d’autant plus pertinent que les rassemblements des aumôneries et les propositions des temps forts en paroisse, en doyenné ou en diocèse se tiennent au gré des restrictions et des autorisations.

Pour la pastorale des jeunes dans le diocèse de Nîmes, nous avons dû nous résoudre à supprimer ou à reporter certaines propositions. C’est le cas du rassemblement diocésain des 6èmes / 5èmes en marche vers la profession de foi à Saint Hyppolyte-du-fort et le pèlerinage diocésain des jeunes du diocèse à Lourdes au mois d’Avril. Cette dernière proposition, tous les 2 ans, permet aux jeunes du diocèse de faire une expérience spirituelle à Lourdes soit dans le cadre d’une retraite préparatoire à la profession de foi ou à la confirmation, soit dans celui du service des malades ou simplement en tant que jeune pèlerin.

Ces annulations et reports sont toujours accompagnés du sentiment d’avoir fait preuve de prudence et de civisme dans un contexte sanitaire incertain. Un sentiment où se cache le goût amer d’une déception, d’un échec à tenir une initiative et un rendez-vous parfois même finalisé au profit des jeunes.

L’occasion est bonne pour redire aux différentes aumôneries publiques, paroissiales ou d’établissements catholique, la disponibilité des livrets de préparation à la profession de foi et à la confirmation. Ils peuvent être fort utiles pour les différentes retraites des jeunes. Il suffit juste d’en faire la demande par mail ou par téléphone à la coordinatrice de la pastorale des jeunes et Responsable de l‘aumônerie de l’enseignement public, Olga CAIA :  sdpj@eveche30.fr  // 04 66 21 48 48.

L’équipe diocésaine de la pastorale des jeunes signale aussi aux différentes aumôneries sa disponibilité à être présente à leurs côtés pour les retraites ou les célébrations des sacrements. Outre l’aide qu’elle pourrait apporter si elle est souhaitée, il s’agit de vivre la communion ; de témoigner auprès des jeunes et avec des jeunes d’une partie du diocèse et de le relayer aux autres. N’hésitez pas à nous communiquer vos différentes dates et à nous inviter, comme ce fut le cas à Alès, le lors de la journée de confirmation des jeunes qui aurait dut avoir lieu en 2020.

De plus, la difficulté que connaissent certains étudiants se trouve exacerbée avec la pandémie. La pastorale des jeunes de Nîmes est tout aussi sollicitée et présente. Elle collabore avec l’équipe nationale du Réseau Ecclesia Campus afin de permettre aux étudiants catholiques de s’exprimer sur ce qu’ils vivent. Pareillement la pastorale des jeunes de Nîmes se fait le relais de certaines associations comme le secours catholique ou de l’ordre de Malte, afin de venir en aide aux étudiants en situation de grande précarité en raison de la crise sanitaire.

Heureusement, toutes les propositions ne sont pas annulées ou reportées : La rencontre provinciale des responsables diocésains de la pastorale des jeunes a pu se tenir à Perpignan de même que l’assemblée territoriale des Scouts et Guides de France à La Bruguière.

L’équipe diocésaine continue son effort de communication, de présence et de proximité auprès des jeunes, des aumôneries et des parents. A travers le diocèse, elle essaye de fédérer les ressources, les initiatives et les propositions. Elle s’inspire et s’enrichit de ses échanges et travaux avec ses paires de la province ecclésiastique. En somme, elle continue de faire Église et d’être au service de la communion auprès des jeunes de manière renouvelée par la force des choses.

Des visio-conférences permettent aux étudiants de Nîmes, de Vauvert-Vergèze et de l’École des mines d’Alès de réfléchir ensemble et de faire connaissance. En ce temps de carême, deux petites méditations hebdomadaires sont proposées par les jeunes de la communion de prières du Carmel sur la page Facebook et le compte Instagram de la pastorale des jeunes.

L’année de Saint Joseph est marquée par une proposition sur Saint Joseph toutes les semaines sur les mêmes réseaux sociaux de la pastorale des jeunes.

Le défi est de tenir ferme le temps de la tempête et des vaches maigres, de discerner à la faveur de cette tempête sanitaire les maillons ou points faibles de même que les approches et les pratiques désuètes. L’avantage étant sûrement d’identifier les chances et les opportunités à mettre en œuvre une fois que nous sortirons des restrictions et limitations.

Qu’à cela ne tienne, avec espoir et persévérance, des activités restent au programme :

Le camp de préparation au bac du 26 au 29 avril à Rochefort du Gard,
Le rendez-vous annuel du Pélé Vtt du 23 au 27 Août au départ d’Uzès et l’arrivée à Rochefort du Gard.
Une recollection provinciale des responsables diocésains de la pastorale des jeunes au mois de Mai.
Une nuit blanche à Sète au profit des lycéens et des étudiants de la Province au printemps 2022.

Ces propositions et ces initiatives ne peuvent devenir réalité et se tenir que grâce à l’implication, la coopération et la collaboration franches des différents acteurs et bénévoles de la pastorale des jeunes.
Nous leur disons notre reconnaissance et leur partageons notre passion de servir le Christ vivant toujours dans la synodalité comme nous le recommande « Christus Vivit » 206. « La pastorale des jeunes ne peut être que synodale (…) Personne ne doit être mis ou ne doit pouvoir se mettre à l’écart ».

Père Paul-Frédéric Sawadogo
Accompagnateur de l’ADEP (Aumônerie diocésaine de l’enseignement public)