La sainteté de l’Eglise ….

Partager sur les réseaux sociaux
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

paroisse

Contributeur : Paroisses | Ensemble paroissial d’Alès Notre Dame

En cette fête de Toussaint il nous est donné de réfléchir sur la sainteté de l’Eglise. Le Credo atteste de cette sainteté : « Je crois en l’Eglise une, sainte, catholique et apostolique ». Affirmer la sainteté de l’Eglise ne signifie en rien qu’elle est un club de gens parfaits et irréprochables, se félicitant d’être parvenus à la perfection. L’Eglise est un peuple de pauvres et de pécheurs appelés à la sainteté du Christ, appelés à grandir en sainteté. N’est-ce pas l’appel de Dieu qui retentit dans le premier testament : « soyez saints car moi le Seigneur je suis saint ». C’est l’Eglise constituée de pécheurs qui « nous abreuve et nous enfante à la sainteté de Dieu » pour reprendre la belle expression de Mgr Michel Aupetit, Archevêque de Paris.

En cette fête de Toussaint rappelons-nous les paroles de Ste Thérèse de Lisieux : « dans le cœur de l’Eglise ma mère je serai l’amour, ainsi je serai tout ». Cette parole de Ste Thérèse révèle que le cœur de l’Eglise bat dans le cœur des saints. Ces hommes et ces femmes parvenus à la sainteté se sont laissé brûler au feu de l’Amour de Dieu. Toute leur vie a été ouverte à l’amour divin. Ainsi ils ont pu refléter à chaque moment de l’histoire l’Amour et la Miséricorde de Dieu pour l’homme. L’Eglise, toujours en chemin sur la terre, vit dans la communion des saints. Vivre dans la communion des saints c’est, à leur suite, vivre les yeux fixés sur le Christ, le cœur ouvert à son amour et à sa miséricorde. Tous les saints depuis plus de 2000 ans ont mis en pratique cette parole de l’Apôtre Paul : « Pour moi, vivre c’est le Christ ». Grandir en sainteté consiste bien pour nous à vivre en Christ, à vivre du Christ.

Dans notre marche et notre suite du Christ. C’est cela d’abord être disciple. Nous sommes précédés et accompagnés par les saints, par « ce peuple immense de ceux qui ont cherché le Seigneur ». Nous ne sommes pas seuls car nous vivons notre foi dans la communion des saints. Ils nous montrent la voie de la sainteté, la voie de l’amour. Sur ce chemin les saints nous soutiennent par leur présence et leur prière, à commencer par la Vierge Marie qui marche avec nous, qui se tient à notre côté, au côté de l’Eglise dans « son pèlerinage de la foi ». L’Eglise trouve en la Vierge le modèle de la sainteté. Elle apprend et nous avec en regardant Marie à être sainte, à participer à la sainteté de Dieu.

Bien souvent nous avons du mal à penser que l’Eglise est sainte à cause des scandales et des manques de ses membres, aujourd’hui comme hier. A côté de nombreuses figures admirables de sainteté combien d’exemples scandaleux de contre-témoignages et de dépravation. Dire que l’Eglise est sainte dans le Credo c’est aussi reconnaître qu’elle demeure toujours une église de pécheurs, mais une église de pécheurs pardonnés. Dans l’Eglise nous trouvons une force, la force de sanctification des pécheurs que nous sommes tous. En elle, notre Mère, nous faisons l’expérience bouleversante du pardon et de la miséricorde de Dieu. En elle Dieu nous offre son pardon. Et nous savons qu’il n’est pas de sainteté possible sans l’accueil de la grâce du pardon de Dieu.

Même si l’Eglise est sainte, elle n’est jamais une secte de purs et de parfaits. A tous ses enfants elle prodigue la miséricorde divine. En cela l’Eglise est pour tout croyant un signe visible de l’Amour de Dieu plus fort que le mal et le péché. La sainteté à laquelle nous sommes appelés est une grâce dont Dieu comble ses enfants. Si nous voulons que la sainteté de l’Eglise rayonne dans le monde, il nous faut devenir des saints. Car c’est aussi par la sainteté de ses membres, par notre sainteté que l’Eglise est sainte. L’écrivain Georges Bernanos écrivait : « notre Eglise est l’Eglise des saints, la sainteté est une aventure, elle est même la seule aventure ». Cette aventure bien des saints l’ont vécu avant nous. A nous, à tout chrétien aujourd’hui à vivre cette aventure de la sainteté. « L’Eglise sainte est appelée à devenir l’Eglise des saints, chacun de ses membres accueillant la sainteté comme un don que Dieu fait par l’Eglise et à l’Eglise » disait le prédicateur du Carême 2020 à Paris.

« Il n’y a qu’une tristesse, c’est de n’être pas des saints » disait Léon Bloy en 1887. En cette fête de tous les saints retrouvons la joie de l’Evangile cette joie que chante Marie dans le Magnificat : « mon âme exalte le Seigneur, exulte de joie en Dieu mon Sauveur ». En cette fête Marie nous dit comme le psalmiste : « magnifiez avec moi le Seigneur, exaltons tous ensemble son Nom » (Ps 34).

La joie naît de la foi. Puissions-nous en ce jour de fête de Toussaint reprendre à notre compte ces paroles du célèbre choral de Bach : « Jésus demeure ma joie ! »

P. Gérard CHASSANG.