samedi 25 mai 2019

Sainte Sophie

Eglise et sexualité

[ELLE] “ La voix de mon bien-aimé ! C’est lui, il vient… Il bondit sur les montagnes, il court sur les collines, mon bien-aimé, pareil à la gazelle, au faon de la biche. Le voici, c’est lui qui se tient derrière notre mur : il regarde aux fenêtres, guette par le treillage. Il parle, mon bien-aimé, il me dit : [LUI] Lève-toi, mon amie, ma toute belle, et viens… ” Cantique des cantiques bible Ct 2, 8-10

L'Eglise est-elle contre la sexualité ? s'interrogent certains. Pour y répondre voici le commentaire et les précisions que le P. Christophe, prêtre du diocèse de Nîmes, curé de l'ensemble paroissial de Laudun et spécialiste en matière de morale chrétienne répond.

La sexualité est un don de Dieu
La sexualité est une belle chose, car elle est un don que Dieu a fait à l’homme pour lui permettre de lui ressembler, de vivre une communion d’amour comme il y a en Dieu.

La sexualité se vit avec son corps et son coeur
Nous vivons notre sexualité au travers de notre corps mais aussi de notre cœur. Or bien souvent nous ne la regardons que d’un point de vue corporel, et technique, oubliant que le cœur de l’homme est toujours impliqué fortement dans la sexualité. Et un des enjeux de la sexualité est de faire correspondre les gestes du corps à ce que l’on porte dans le cœur, ne pas poser trop tôt des gestes qui signifient plus que ce que notre cœur souhaite vivre. Si la sexualité est une union des corps, elle est aussi une union des cœurs, qui devrait précéder l’union des corps. Le moyen d’être en harmonie des cœurs c’est de se parler pour se dire nos intentions, quel projet d’avenir pour notre couple, pour exprimer ce que l’on met derrière les gestes, ou les mots que l’on peut se dire : qu’est ce que ça signifie quand tu me dis que tu m’aimes ? Est ce que cela signifie que tu as des sentiments pour moi ? Ou bien que tu veux t’engager avec moi ?

La sexualité est un langage du corps
Le corps a son langage, et les gestes de la sexualité participent à ce langage du corps, ils disent quelque chose de bien précis. Pour les chrétiens l’union sexuelle signifie je me donne totalement à toi, sans retour, elle est l’expression de deux amours qui se rencontrent, d’un homme et d’une femme qui veulent se donner totalement et exclusivement l’un à l’autre. C’est pourquoi pour donner toute sa portée à la sexualité pour les chrétiens il importe que ce geste soit précédé de la parole qui dise cette volonté de se donner à l’autre de sorte que les cœurs soient en harmonie : c’est la parole du mariage : « Je me donne à toi, et je te reçois ». Sans cela l’union sexuelle n’exprime plus totalement ce qu’elle veut dire car on ne se donne pas entièrement à l’autre, seulement par petit bout, je te donne mon corps, mais je ne te donne pas mon engagement, je ne te donne pas tout mon cœur.  

La sexualité lieu de joie mais aussi de blessures
La sexualité est un lieu qui peut procurer beaucoup de joie et de bonheur quand effectivement elle cherche à être l’expression de ce don de soi à l’autre, qu’il y a harmonie entre les gestes du corps et le désir du coeur. Elle peut en revanche  être source de blessures par exemple parfois lorsqu’ont été posés les gestes qui signifient en eux même je me donne à toi alors que dans le cœur pour l’un des deux ou pour les deux il n’y avait pas l’intention de se donner totalement à l’autre.  Dans la sexualité nous pouvons aussi blesser l’autre quand nous le regardons et l’utilisons comme un instrument de plaisir égoïste, ou comme un objet et non comme une personne. La relation sexuelle touche à ce qu’il y a de plus intime en nous, chaque relation marque profondément le cœur de l’homme. La sexualité est un don de Dieu pour répondre au désir de bonheur, à ce désir d’être aimé et d’aimer que nous portons en nous.

Le plaisir sexuel : un don de DieuLes rapports sexuels peuvent procurer du plaisir. Ce plaisir sexuel est une belle chose lorsqu’il est orienté vers le bonheur de l’autre, et non pas vers la recherche égoïste du plaisir. Chercher à donner du plaisir à son conjoint c’est répondre à l’appel à aimer l’autre.

Sexualité et ouverture à la vie
Pour l’Eglise il y a un lien intrinsèque dans la sexualité entre union des corps et ouverture à la vie. Par essence l’amour nous tourne vers l’extérieur de nous, il ne cherche pas à garder la vie pour soi, mais toujours à la donner. Quand deux personnes s’aiment et se donnent l’une à l’autre, la rencontre de leur amour porte en elle une fécondité, notre sexualité est alors au service de cette vie qui jaillit de la rencontre de deux amours que Dieu a mis en nous.

L’éducation à la sexualité
Il importe de donner une éducation sur la sexualité, car la société érotisée, l’accès à la pornographie sont autant d’images de la sexualité qui en déforment sa beauté et sa réalité, qui rabaissent souvent la femme à un objet pour assouvir le désir de l’homme, qui présentent simplement l’aspect technique, mécanique de l’acte, mais qui occultent complètement que la beauté de la sexualité vient de l’harmonie des cœurs et de l’amour don de soi exprimés dans le don des corps.

Une éducation à la sexualité a besoin de faire découvrir que ce n’est pas d’abord une affaire de technique, mais de cœur, de don total de soi à l’autre. Elle apprend à maîtriser ses pulsions, à respecter le rythme de l’autre, à ne pas faire de l’autre un objet pour satisfaire ses pulsions. Mais un lieu pour se donner à l’autre, et donner du plaisir à l’autre. Elle apprend à voir notre sexualité comme un don de Dieu au service de la vie et à en être responsable.

P. Christophe Silvestre