23 avril 2021

Saint Georges

Célibataires en Eglise

On ne vit pas bien entendu le célibat à 18 comme à 30 ou 40 ans. Le premier (sauf s'il réfléchit déjà à une vocation particulière dans l'Eglise) n'a pas encore eu à choisir. Le second peut avoir l'impression que désormais, "les jeux sont faits".
A cause de sa solitude, celui ou celle qui n'a pas choisi son célibat porte souvent un regard négatif sur sa vie. Le regard, les réflexions maladroites, quand ce ne sont pas les conseils culpabilisant de la famille, accentuent ce sentiment. Assumer le regard des autres est donc un premier pas indispensable pour reprendre confiance et retrouver l'estime de soi : toute personne humaine n'est-elle pas unique et dotée de talents précieux, qu'elle soit mariée ou pas ?
Se libérer des fausses images de bonheur peuvent également permettre de se rendre disponible pour construire son propre bonheur. Aveuglés par leur propre manque, les célibataires ont parfois tendance à attendre d'un futur mariage ce bonheur éventuel, plutôt que de vivre et de s'épanouir dans le présent.

« Bonne Nouvelle » pour les célibataires

L’homme est appelé par Dieu à une vocation unique : la Sainteté. La dignité de l’homme ne vient pas de ce qu’il fait en réalisant un état de vie mais de ce qu’il est, se reconnaissant créé à l’image de Dieu et vivant du baptême par une vie d’Amour et de don de soi. Célibataire, il est possible de vivre dès maintenant l'amour du don et d'ouverture à l'autre.

Dans l'Eglise, il existe aujourd’hui des propositions qui montrent leur pertinence pour aider les célibataires à donner du sens à ce qui demeure dans la majorité de cas une épreuve, écouter ses désirs, prendre du recul, voir ses qualités et ses compétences dans la vie professionnelle et dans la vie tout court. S’interroger sur son projet de vie.

  • Pour contacter le service diocésain des vocations, cliquer ici
  • Pour contacter le service diocésain de la pastorale familiale, cliquer ici

"Célibataires en Eglise" a pour objectif de faire connaître les diverses initiatives de l'Eglise (paroisses, communautés, mouvements, etc.) à destination des personnes qui vivent, aujourd'hui, un célibat non choisi, et de sensibiliser les responsables ecclésiaux à la richesse du célibat non choisi et non consacré, vécu en fidélité à l'Eglise. Pour en savoir plus, cliquer ici

 

 

Les célibataires en France : combien sont-ils ? qui sont-ils ?
La France compte quasiment 67 millions habitants. Et parmi eux, des études réalisées récemment ont montré que plus d’un tiers des adultes français étaient célibataires ! En chiffre, cela représente près de 18 millions « d’âmes solitaires ».
40% des célibataires sont des femmes et 60% des célibataires sont des hommes. L’écart entre ces deux catégories se maintient depuis de nombreuses années, et on peut se demander si c’est plus facile pour une femme de trouver l’amour, ou si les hommes acceptent plus facilement le célibat…
Parmi les célibataires féminins, on constate une majorité de femmes à la vie professionnelle active, qui semblent confirmer les théories affirmant que mener une vie amoureuse et une carrière reste difficile ! Chez les célibataires masculins, certains le sont suite à un divorce, d’autres car leur cadre de vie ne leur permet pas de rencontrer une femme facilement.