Actus & Agenda

Les retraités chrétiens à l’écoute de « La famille dans la Bible »

Partager sur les réseaux sociaux
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

rencontre

Contributeur : Mouvements | Mouvement Chrétien des Retraités

A l’initiative du “MCR”, Mouvement chrétien des retraités, environ une soixantaine de personnes s’est réunie le 28 mars, à la Maison diocésaine, pour écouter Etienne Dahler parler de « La famille dans la Bible »…

La famille à travers les récits de la création

Le thème de la famille est un thème délicat aujourd’hui. Quelle famine ne connait pas de situations difficiles ? Comme le souligne Etienne DaIher, c’était déjà le cas dans la Bible à commencer par les récits de la création. La Bible n’est-elle pas une histoire de familles ? De ces deux récits, Etienne Dahler tire une première conclusion : la famille tient son origine de l’amour de Dieu, elle apparait comme une entité voulue par Dieu. Le travail pour Adam et la maternité pour Eve sont à voir comme des moyens de revenir vers Dieu, non une punition.

Des familles comme les autres, en recherche de Dieu et don de Dieu

La famille, cellule de base de la société, qu’elle soit nomade ou sédentaire, est confrontée dans la Bible à de nombreuses difficultés mais reçoit aussi de nombreuses grâces. Loin d’avoir été épargné par Dieu, le peuple élu a connu épreuves et difficultés et cela n’a pas épargné les familles de l’Ancien Testament, de Caïn tuant Abel à Jacob, fuyant Esaü. L’hostilité entre les frères est en effet un thème très récurrent, Dieu choisissant assez curieusement le plus souvent le second que l’ainé. Rivalités aussi entre époux comme le rappelle la « triplette Abraham-Sara-Hagar » ou l’histoire de Rébecca. Les pères ne sont pas épargnés : David en fait les frais avec la révolte de son fils Absalon. Transposant à notre époque, Etienne Dahler rappelle que les familles chrétiennes ne sont plus pas plus protégées que les autres. Elles connaissent les mêmes difficultés et ont les mêmes fragilités.

Lieu de tous les combats, la famille est aussi celle de toutes les joies et la plus grande de ces joies, c’est d’avoir des enfants car ils perpétuent la vie. A travers eux, on se continue, c’est une grande grâce accordée par Dieu. Pourtant que de femmes stériles dans la Bible : Sara, Rébecca, Anne (mère de Samuel) ou Elisabeth (mère de Jean le Baptiste). Par la grâce de Dieu, toutes vont donner pourtant engendrer. La Bible signifie par là que toute vie est grâce et don de Dieu.

En conclusion, si fragiles et imparfaites qu’elles puissent nous apparaitre, les familles dans la Bible sont toujours centrées sur Dieu et cherchent à faire Sa volonté. On peut ici penser à l’attitude su roi David qui pleure la mort de l’enfant qu’il a eu dans le péché avec Bethsabée mais qui accepte le jugement de Nathan. Dieu lui pardonne et Bethsabée lui donne un nouveau fils, le futur Salomon. Une leçon que l’on ne peut retenir aujourd’hui. Pourquoi ne pas en faire une sorte de feuille de route !

Et la Sainte Famille ?

Difficile de parler des familles dans la Bible sans évoquer la Sainte Famille. Impossible de la prendre comme un modèle à copier mais on peut toutefois la contempler et en tirer des enseignements. Joseph et Marie y ont un rôle bien défini. Joseph est celui qui n’hésite pas à prendre Marie pour épouse alors que celle-ci est enceinte, devenant comme aime à le souligner Etienne Dahler « le sauveur du Sauveur ». C’est lui qui enseigne à Jésus son métier et qui l’accompagne à la synagogue. Marie est, quant à elle, toujours présente auprès de son fils, surtout aux moments les plus difficiles. C’est, affirme Etienne Dahler que l’on n’en a jamais fini d’être parents, quel que soit l’âge des enfants.

En conclusion, la famille est indispensable à l’équilibre du monde

N’oublions pas, conclut Etienne Dahler, nos propres familles car la famille est indispensable à l’équilibre du monde. Sans les familles, le monde s’arrêterait. Ce qui est indispensable à leur existence, c’est le sentiment de l’unité mais cela ne suffit pas, il faut aussi que nos familles soient habitées par Dieu, comme l’était les familles de l’Ancien Testament.