Le Gard, terre de mémoire

Partager sur les réseaux sociaux
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

patrimoine

VIE et MEMOIRE  de l’EGLISE de NÎMES…

Une lettre pour partager ce qu’on a trouvé au sein de la SOCIETE d’HISTOIRE du DIOCESE DE NÎMES …

 N° 7 – octobre 2020

Le Gard, terre de Mémoire…

Depuis 2015, à une cadence très irrégulière, j’aime à partager quelque trouvaille, liste ou évènement ayant trait à l’histoire de notre beau diocèse et surtout des chrétiens qui y vivent et y vivent leur foi… Et l’évangile nous a bien dit que le chrétien justement a besoin de racines pour vivre sa foi : ceux qui n’ont pas de racines ont une foi plus fragile, au moment de la tentation, ils abandonnent… La parabole du Semeur est éclairante à cet égard : voyez l’évangile de Luc, 8, 4-15…

J’ai donc parlé, entre autre, des vicaires capitulaires, des évêques gardois, du Concordat, des épidémies et des gardois en voie de sainteté… J’aimerais, car c’était là mon projet, que d’autres nous fassent partager leurs recherches et leurs trouvailles… Il est essentiel de préserver et sauvegarder la mémoire…

Cette lettre, envoyée aux adhérents et à d’autres qui pourraient le devenir, doit susciter des réponses, des mises en route, des contributions…

La Société d’histoire du Diocèse de Nîmes est une vieille dame, mais toujours jeune : héritière du Comité de l’Art Chrétien, fondé en 1875, elle veut, aujourd’hui, garder vivant le flambeau de la conservation de la mémoire, de la recherche historique et de la préservation du patrimoine religieux, pour transmettre… Pour ce faire, elle organise conférences, expositions, sorties… Des groupes travaillent sur des sujets précis… Et en lien avec les Archives du Diocèse, elle recueille tout ce qui peut lui être confié : archives, photos de prêtres ou cérémonies, livres et souvenirs, cantiques locaux…

La SHDN aujourd’hui

En période de couvre-feu et peut être de confinement, en tout cas de crise sanitaire, les activités sont au ralenti…, pour autant, le Conseil continue de se réunir et de préparer, autant que faire se peut, le programme pour l’année 2021

L’inventaire du doyenné du Vigan

Un petit groupe, aidé sur place par le P. Salendres et Régis Bayle, a fourni un gros travail pour faire l’inventaire des paroisses et des églises autour du Vigan. Ce travail se veut un modèle pour susciter le souci de la préservation de lieux et objets qui, parfois, ne servent plus et risquent de devenir insignifiants… Et il ne s’agit pas seulement d’un recensement, mais aussi d’un travail d’éducation et de transmission ; pour que les chrétiens des villages restent mobilisés autour de leur église, pour que les bâtiments, les objets, les souvenirs, les pratiques servent aussi à entretenir la foi…

Le bulletin

Il paraît toujours aussi irrégulièrement…. C’est un gros travail : ce n’est pas la matière qui manque, nous poursuivons la publication des vies d’évêques du P. Guignot. Et le dernier numéro 110, vient d’être édité et chacun peut se le procurer. Deux évêques sont présentés du XVIII è siècle : Mgr Fléchier, le grand évêque de 1692 à 1710 et Mgr Cortois de Balore, le dernier évêque d’ancien Régime de 1784 à 1804. Nous y avons ajouté un sujet qui n’a jamais été étudié : une étude sur l’évêque constitutionnel du Gard, Jean Baptiste Dumouchel, l’intrus qui n’a jamais réussi à organiser son diocèse et mort finalement sans s’être réconcilié avec l’Eglise …

Une nouvelle enquête…

Dans la seconde moitié du XX° siècle, l’Eglise de France et le Gard entre autre a vécu une période intense de patronages, camps et colonies de vacances… Des paroisses, des œuvres, des mouvements d’Action catholique ont lancé des initiatives d’action, de formation et d’évangélisation dont on peine à mesurer l’impact sur la vie ecclésiale de ce temps…  Beaucoup de témoins sont encore là : C’est le moment de recenser au mieux ces lieux, évènements et institutions…  A chacun de faire travailler sa mémoire et de chercher documents et archives : toute contribution sera la bienvenue

 

  1. André CHAPUS, octobre 2020