Editorial :Saint Joseph, homme de fidélité et de courage!

Partager sur les réseaux sociaux
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

dialogue

Contributeur : Paroisses | Ensemble paroissial de Vézénobres

Avouons que nous n’aimons pas beaucoup être dérangés.

Nous avons notre univers familier fait d’habitudes et de points de repère sécurisants. Nous avons des projets et nous désirons que les choses se passent comme nous les avons pensées et voulues. Nous demandons à Dieu de veiller sur ce cadre protecteur que nous nous sommes donnée et quand  nous disons à Dieu dans le Notre Père: « Que ta volonté soit faite », nous pensons souvent: »Seigneur protège-nous. Fais que ma volonté soit faite ». S’il y en a un qui a pourtant eu sa vie constamment bouleversée, c’est bien Saint Joseph. Combien de fois n’a – t -il pas été dérouté ? Celui que l’on désigne comme « le juste » est un croyant, qui, tout au long de sa vie, a su s’ajuster à Dieu. Il nous montre ainsi ce qu’est la foi, la véritable relation à Dieu.Mettons-nous à son école et laissons -nous convertir par lui et vivre notre relation à Dieu de manière beaucoup moins intéressée mais davantage évangélique. Ouvrons l’Evangile tout d’abord.

A chaque pas de l’Evangile, Joseph se laisse dérouter par Dieu. Nos évangiles sont assez discrets sur Saint Joseph. Ils ne nous décrivent pas sa psychologie et ne nous rapportent pas beaucoup de ses paroles. Ils nous disent pourtant l’essentiel. Ce qui nous frappe c’est qu’à chaque pas de l’Evangile, Joseph se laisse conduire par Dieu. Il y a cinq passages de l’Evangile (chez Matthieu et chez Luc) où nous voyons Joseph à l’oeuvre. Et chaque fois, les choses ne se passent pas comme il l’avait imaginé.

(L’annonce faite à Joseph- Lc 1.18-25) – (Le voyage à Bethléem et la naissance de Jésus – Lc 2. 1-21) – (La fuite en Egypte. Le retour en évitant la Judée – Mt 2. 18-15,19-23)- ( La présentation au Temple- Lc 2.22-39) – ( Jésus perdu et retrouvé – Lc 2.41-52).

Devant tous ces événements qui le surprennent et le « déroutent », Joseph fait face avec courage, assurance et persévérance. Il ne se laisse pas ébranler, perturber malgré ses questions et ses étonnement. Il est vraiment le bon et fidèle serviteur dont parle l’Evangile, ce serviteur fidèle et avisé, à qui le Maître a confié ses biens (Lc 12,44). Le secret de Joseph, c’est sa foi, sa profonde confiance en Dieu. Il sait que Dieu veille sur son peuple, veut le salut de son peuple et le guide selon ses desseins. Il croit dans les promesses de Dieu. Il sait que Dieu est fidèle et qu’il est toujours au rendez-vous.

Comme je l’ai mentionné au début de cet éditorial: nous aimons bien maîtriser notre vie, conduire la barque de notre existence selon nos convictions et nos projets. Nous restons les maîtres. Nous tenons les rênes. Nous demandons à Dieu de nous soutenir, de nous aider, de nous fortifier. Certains diront que nous risquons alors de transformer Dieu en moteur-auxiliaire de notre vie.

Nous ne sommes pas les seuls. Regardez saint Pierre dans l’Evangile. Il voulait bien suivre le Christ mais à condition de maitriser les affaires, de conduire les choses.

Abbé Alain BISSON