Editorial. Les grands virus humains….

Partager sur les réseaux sociaux
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

dialogue

Contributeur : Paroisses | Ensemble paroissial de Vézénobres

Au cours de ces dernières semaine, le pape François avait invité les chrétiens à réfléchir ensemble à la lumière de l’Evangile, sur la façon de guérir le monde, qui souffre d’un mal-être que la pandémie a mis en évidence et accentué. Ce mal-être existait déjà: la pandémie l’a mis davantage un peu plus au coeur de notre monde.

Un petit virus continue de causer des blessures profondes et fait apparaître nos vulnérabilités physiques, sociales,et spirituelles. Il a mis à nu la grande inégalité qui règne dans le monde: l’inégalité des opportunités, des biens, de l’accès à la santé, à la technologie, à l’éducation: des millions d’enfants ne peuvent pas aller à l’école, et la liste est longue. Ces injustices ne sont ni naturelles ni inévitables. Elles sont l’oeuvre de l’homme, elles proviennent d’un modèle de croissance détaché de valeurs plus profondes. Avec une consommation qui amène au gaspillage dans nos ressources essentielles de vie, voir de survie. Et cela a fait perdre l’espérance à de nombreuses personnes et a augmenté l’incertitude et l’angoisse. C’est pourquoi, pour sortir de la pandémie, nous devons trouver le remède non seulement pour le coronavirus, ce qui est important! Mais également pour les grands virus humains et socio-économiques.

Nous devons nous mettre à travailler de toute urgence pour mettre en place de bonnes politiques, définir des systèmes d’organisation sociale où soient récompensés la participation, le soin et la générosité,plutôt que l’indifférence, l’exploitation et les intérêts particuliers. Nous devons tous avancer ensemble avec solidarité et soutien avec les plus faibles. Une société solidaire et équitable est une société plus saine. Une société participative où les « derniers » sont pris en considération au même titre que les « premiers » renforce la communion. Une société où l’on respecte la diversité est beaucoup plus résistante à tout type de virus.

Plaçons ce chemin de guérison sous la protection sous la protection de la Vierge Marie. Que celle qui porta Jésus en son sein nous aide à être confiants. Animés par l’Esprit Saint, nous pourrons travailler ensemble pour le Royaume de Dieu que le Christ a inauguré dans ce monde, en venant parmi nous. C’est un Royaume de lumière au milieu de l’obscurité, de justice au milieu de tant de douleurs, de guérison et de salut au milieu des maladies et de la mort, de tendresse au milieu de la haine.

Que Dieu nous accorde de faire de l’amour un « virus », qu’il nous accorde la mondialisation de l’espérance à la lumière de la foi.

P. Alain BISSON curé