Vénération de la relique du coeur de jean- Marie Vianney

Partager sur les réseaux sociaux
Share on facebook
Facebook
Share on pinterest
Pinterest
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
Linkedin

celebration

Du samedi 11 mai au dimanche 12 mai

Contributeur : Paroisses | Ensemble paroissial de Beaucaire

« Saint jean Marie Vianney (1786-1859), le curé d’Ars, est le modèle du pasteur d’âmes, tout adonné à l’annonce de la parole de Dieu et au ministère de la réconciliation, à la prière et à la pénitence. L’amour qui, à certaines heures, transfigurait son visage avait sa source dans l’eucharistie qu’il célébrait avec ferveur et dont il fut l’adorateur fidèle »

( notice du missel romain au 4 août, jour de sa fête)

Une statue dans Notre Dame des Pommiers le
représente.

« Le 11 mai dans l’après midi, et pendant 24H,

la paroisse de Beaucaire recevra la relique du cœur de saint Jean Marie Vianney, curé d’Ars.

Pour nous y préparer je propose de voir ensemble une vidéo faite par le sanctuaire d’Ars (Nord de Lyon). Elle explique bien la vie et le message de ce grand saint français connu du monde entier.

La vidéo, qui dure 52 minutes peut être sous-titrée en espagnol !

St Jean-Marie Vianney (1786-1859). « Ordonné prêtre malgré une instruction sommaire (selon un de ses nombreux biographes), ce paysan plein de finesse devint le conseiller spirituel le plus consulté de son temps. Les trente dernières années de sa vie furent une sorte de miracle permanent. Admiré des foules il garda une simplicité d’enfant »

Il disait par exemple à quelqu’un qui ne croyait pas à la présence réelle du Christ dans l’hostie : croyez-vous qu’un morceau de pain puisse se détacher tout seul des mains du prêtre et aller se poser de lui-même sur la langue de quelqu’un qui s’approche pour communier ?  Et bien, sachez le, c’est arrivé !

Et pas seulement quelque part. Cela m’est arrivé à moi. L’hostie s’est détachée de mes doigts quand j’étais encore à bonne distance et elle est allée d’elle-même se reposer sur la langue de cet homme. (Cité par l’abbé Monnin) »

Père Hervé Arminjon