samedi 19 octobre 2019

Saint René

La Prière en mode pratique

  • Accueil
  • La prière en mode pratique

“ Moi, je vous dis : Demandez, on vous donnera ; cherchez, vous trouverez ; frappez, on vous ouvrira.
En effet, quiconque demande reçoit ; qui cherche trouve ; à qui frappe, on ouvrira. ”
LC 11, 9-10 

La prière dit l’attachement de la relation entre l’homme et Dieu. Elle est l’expression de l’amour de Dieu en chaque homme. La prière est essentielle à la vie des chrétiens. Pour un chrétien, une vie sans prière prend le risque de devenir aride. Mais prier, ce n’est pas simple. L’ennui, le découragement, la répétition ou l’habitude peuvent rendre la prière difficile.

Celui qui prie, pense alors que Dieu reste sourd à sa prière, alors que Dieu le regarde toujours avec amour. Répéter une prière, la méditer, en éprouver toute la saveur, vibrer avec elle, pour qu’elle devienne comme une respiration, c’est entrer dans le mystère du dialogue entre Dieu et l’homme. Souvent, le dialogue avec Dieu est surtout fait de silence... Pourtant, Sainte Thérèse nous dit que c’est dans le silence que l’on se rend disponible, qu’en s’abandonnant avec confiance et foi, on peut s’approcher de Dieu.

En "mode pratique", la prière prend une forme différente selon le temps, les lieux, les occupations et préoccupations de chacun, la culture et les expériences vécues. La prière peut naître spontanément avec des mots de tous les jours ; elle emprunte également ceux des Écritures ; des intentions du Pape François ; ou  l'appui d'une communauté de prière. Elle peut être personnelle ou communautaire.

Prier avec le Chapelet
Certains chrétiens sont allergiques au caractère répétitif de la prière du chapelet. Ils trouvent que la répétition des "Je vous salue Marie" entraîne une monotonie qui tend à assoupir ou à penser à autre chose. Cependant cette monotonie relative favorise le recueillement et permet la méditation des mystères. De plus, l’occupation des doigts qui égrène le chapelet écarte la fatigue de l’immobilité. Le chapelet est la prière des humbles. C’est une prière vocale qui favorise une prière contemplative.


Aux sanctuaires en 2004, Jean-Paul II a rappelé combien Lourdes est un haut lieu de la prière : “Ici, la Vierge invita Bernadette à réciter le Rosaire, égrenant elle-même le chapelet. Cette grotte est devenue ainsi le siège d’une étonnante école de prière, où Marie enseigne à tous à contempler avec un ardent amour le visage du Christ. C’est pourquoi Lourdes est le lieu où les croyants de France et de tant d’autres nations d’Europe et du monde prient, à genoux”.


Adorer le Saint Sacrement

L'Adoration du saint sacrement est cet acte par lequel les fidèles vénèrent le Christ réellement présent dans l’hostie consacrée au cours la messe, qu’elle soit déposée dans le tabernacle ou exposée dans l’ostensoir. La contemplation, l’adoration devant le Saint Sacrement ne remplacent pas l’Eucharistie, elle en est le prolongement.

Ainsi, même dans la solitude d’une chapelle, où l'on peut s'abandonner au Seigneur, l’adoration eucharistique ne peut pas se limiter à un acte individuel : par le pain eucharistique, je rejoins le corps tout entier de mes frères humains, pour lequel le Christ est mort.

L’adoration eucharistique ne doit pas nous faire oublier les autres formes de présence du Christ : à travers sa Parole « celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le » ; dans la vie quotidienne « quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux » ; au coeur de chaque être humain « ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites ». Comme le rappelle le concile Vatican II, l’Eucharistie est « source et sommet de toute vie chrétienne ».


Prier avec un texte
Prendre l’Écriture Sainte ou un commentaire de Bible, un livre de doctrine spirituelle ou une vie de saint. Après avoir invoqué l’Esprit-Saint et lui avoir confié ce temps de prière, choisir un extrait, ou plutôt le recevoir, et le lire lentement.

Vous pouvez aussi choisir l’Évangile du jour proposé par la Liturgie de l’Église.

Plusieurs démarches sont possibles :
- S’arrêter dès qu’une phrase, un mot, une remarque me touche, les répéter, les savourer, les méditer et m’en imprégner. Relire paisiblement jusqu’à apprendre par (le) cour une phrase ou une image.
- Essayer de les comprendre intellectuellement, de faire des liens, de chercher ce qui me concerne.
- Choisir une scène de la vie du Christ et se mettre soi-même dans cette scène. En regarder les principaux aspects : le cadre de la scène, ce que dit, ce que fait Jésus., les autres personnages. Regarder, entendre, entrer dans les sentiments de tel ou tel acteur de la scène. Goûter et rester là à contempler.
- Puis passer de la méditation ou de la contemplation à un dialogue avec le Seigneur, lui demandant ce qu’Il attend de moi.

Terminer par un cœur à cœur silencieux avec le Seigneur.

Prier avec les Psaumes
Les Psaumes sont appelés en hébreu Livre des louanges. Le psaume, c’est un cri avant d’être un écrit. C’est une voix qui appelle, murmure, invoque, c’est un corps qui plie sous le poids de l’épreuve. Dans les psaumes, le peuple d’Israël parle à Dieu quand il est plongé dans la culpabilité après une faute, submergé par des épreuves et quand il est dans la joie après une victoire. 

Les moines et moniales, mais aussi les religieux (ses), prêtres, laïcs, chrétiens ordinaires, rythment leurs journées par la prière de l’Église ou « Liturgie des Heures ». Répartis sur quatre semaines, les psaumes constituent le cœur de cette prière.

Pour prier les psaumes, seul ou avec d’autres, je peux :

- Me mettre dans la peau du psalmiste. Loin de moi dans l’histoire, il est proche par son expérience. Je prends à mon compte la situation du psaume et j’y relis ma propre histoire.
- Entendre les mots du psaume dans la bouche de Jésus, et prier avec Lui et en Lui. Le psaume devient alors prière du Christ à son Père.
- Contempler le sens de chacun des mots, rester sur un mot, une phrase aussi longtemps que j’y trouve du goût sans me soucier d’aller plus loin.

Pour terminer, je lis le texte en entier, en demandant ce dont j’ai le plus besoin.

Prier avec " la prière du coeur " 
La prière du cœur nous vient de Russie et des Pères du Désert. Elle a pour but de faire chair en nous le Verbe. C’est la prière la plus simple. Elle consiste à répéter longuement le Nom de Jésus, une phrase de psaume ou une invocation : « Seigneur, Fils du Dieu vivant, prends pitié de moi pécheur », « Seigneur, ne t’éloigne pas de moi », « Seigneur, montre-moi ton visage », « Seigneur, tu sais bien que je t’aime ». On peut aussi dire ces brèves invocations au rythme de la respiration (en inspirant : « Seigneur Jésus, Fils du Dieu Vivant », et en expirant : « Prends pitié de moi, pécheur ».). La prière devient ainsi respiration de toute notre âme.

Relire sa vie, sa journée
Il s’agit de relire sa vie ou sa journée à la fois comme un don et un appel de Dieu.
Toute vie, toute journée est une histoire où Dieu est présent en moi, dans les autres, dans les événements. Après s’être mis dans une attitude d’accueil et de prière, demander à Dieu de voir sa vie, sa journée avec son regard.

• Lui dire d’abord merci pour tous les moments où il m’a rejoint, les passer en revue : tel fait, telle rencontre. et rendre grâce.
• Ensuite, lui demander pardon pour tous les moments où je n’ai pas été en alliance avec Lui, les passer en revue : telle lacune, telle faiblesse, tel péché, voir ce qui a blessé l’Amour, demander à Dieu son pardon.
• Enfin, préparer la journée du lendemain ou les jours suivants. Chercher une stratégie pour lutter contre ses faiblesses et améliorer tel ou tel point que je viens de repérer. Présenter au Seigneur les événements que je vais vivre, les personnes que je vais rencontrer. Et Lui offrir mon combat, ces événements, ces rencontres, les Lui confier, les Lui abandonner.
Terminer par un Notre Père.

Prier en couple, en famille
Certains prennent l’habitude de prier ensemble dès leurs fiançailles, d’autres découvrent la prière conjugale à la suite d’une retraite ou d’une épreuve… Peu importe, il n’y a pas d’âge pour découvrir ou remettre à l’honneur la prière en couple. Ceux qui la pratiquent régulièrement disent combien ce temps illumine et oriente leur quotidien.

Prier en famille, c’est se mettre ensemble devant le même Père. La prière participe à la transmission de la foi. Il faut s’adapter à l’assistance pour choisir des textes adaptés, des chants que tout le monde connaît, et un temps de prière proportionné à l’âge des enfants. On peut aussi exprimer des intentions de prières en s’inspirant des événements vécus dans la journée par chacun, avoir un moment de silence et de recueillement en regardant une belle image de la Vierge Marie, une icône, un crucifix. Le temps de l’Avent est particulièrement propice à la prière familiale car on peut prier devant la crèche.
prière pour les fiancés prière pour les époux prière pour les familles

Participer à un groupe de prière
Je vous le dis en vérité, si deux d’entre vous, sur la terre, unissent leurs voix pour demander quoi que ce soit, cela leur sera accordé par mon Père qui est aux cieux. Que deux ou trois, en effet, soient réunis en mon nom, Je suis là au milieu d’eux.
 (Mt 18, 19.20)

Prenons le temps de participer à un groupe de prière en plus de la participation à la messe.
groupes de prière et Renouveau dans le diocèse

 

Faire brûler un cierge
Beaucoup de personnes qui ne vont pas à la messe du dimanche viennent à l'église faire brûler un cierge pour prier dans l'église. La valeur de leur geste dépend de leur attitude spirituelle. Cela peut être une conduite superstitieuse pour obtenir de Dieu qu'une demande soit exaucée. Mais faire brûler un cierge c'est souvent une expression modeste de la foi et de la confiance en Dieu. La flamme du cierge peut être un soutien, une aide au recueillement. Quand on ne sait pas quoi dire à Dieu, la lumière qui brille symbolise l'attitude spirituelle. Le cierge est à la fois un symbole et un soutien.
Dans une église près d'une statue de la Sainte vierge, il y a souvent une petite pancarte exprimant le sens du geste de faire brûler un cierge.

Seigneur Jésus,
tu es la vraie lumière,
tu es l'espérance de notre vie.

Par ce cierge qui brûle en ta présence,
éclaire-moi dans mes difficultés et mes épreuves,
rends-moi lucide et confiant.

Que son feu fasse disparaître en moi
le mal qui m'empêche de te suivre
librement et d'un cœur généreux.

Que sa flamme rassemble dans ton amour
ceux et celles que je te confie
et qui espèrent ton secours.

Vois dans mon geste
la foi qui m'habite
et le don de moi-même.

Que ma prière se prolonge
au-delà de cette église,

partout où tu m'envoies
pour rayonner ta lumière et ta paix